Langue

Une boutique madrilène commercialisant des figurines à l’effigie de dictateurs et agents de régimes totalitaires est à la source d’une polémique. En effet, le magasin Objetos de Arte Toledano (objets d’art de Tolède), situé sur l’avenue Paseo de Prado, propose à la vente des statuettes représentant Adolf Hitler effectuant un salut nazi, le général Franco, Benito Mussolini, Staline, le général De Gaulle et le président américain Ike Eisenhower, ou encore l’officier britannique Bernard Law Montgomery. Cette liste d’objets vendus 120 euros pièce contient aussi le général américain George Smith Patton, le ministre de l’Education nazi Bernhardt Rust, le général allemand Erwin Rommel, un membre de l’Afrikakorps allemande, affectée en Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale, et José Antonio Primo de Rivera, créateur de l’organisation politique d’extrême-droite Phalange espagnole. Parmi les autres hommes représentés figure le colonel Antonio Tejero, pistolet en main. Ce nostalgique du franquisme, à la tête de deux cents gardes civils, a tenté un coup d’Etat, le 23 février 1981, au Congrès des députés espagnols. Les balles tirées à cette occasion ont fait craindre le pire, alors que balbutiait la nouvelle démocratie espagnole.

A deux pas du prestigieux musée du Prado

La vente d’objets historiques de toute sorte est légale en Espagne, bien que les articles de la boutique madrilène, visibles en vitrine, dépassent ostensiblement le cadre scientifique, au profit de l’adulation des personnages miniaturisés. Cette galerie s’offre aux yeux de nombreux étrangers fréquentant le quartier, celui du Musée du Prado, le plus grand d’Espagne, du Musée Thyssen et des hôtels Ritz et Palace de Madrid. Une véritable étrangeté, dans une ville qui a reçu 2,5 millions de visiteurs de janvier à juin 2013.

Partager