Langue
La Clau
Dès le mois de mai, 22 caméras de vidéo-surveillance à Salt et 3 à Figueres
Langue

Deux villes de la province de Girona ont lancé ce lundi un plan d’installation de « caméras de sécurité citoyenne », selon le terme employé habituellement en Catalogne du Sud. La première, Figueres, procédera à l’implantation de trois appareils de surveillance au mois de mai, selon une décision de la Commission de Sécurité municipale. Le secteur de la gare du centre de Figueres, ainsi que les parkings du quartier des Fossos i de la Halle des Sports sont concernés par cet essai, lancé par le maire centriste, Santi Vila, député du parti Convergence Démocratique de Catalogne. Ce projet, validé par le délégué du gouvernement de Catalogne dans la province de Girona, Eudald Casadesús, s’accompagne d’un renforcement des effectifs de la police catalane, les Mossos d’Esquadra. Parmi les avancées communiquées par la Commission figure également un dispositif socio-éducatif, composé de la police municipale et les services sociaux, qui permettra s’assurer un suivi adapté des adolescents de 12 à 13 ans, auteur de petites délits. Pour sa part, la mairie de la ville de Salt, dirigée par la socialiste Iolanda Pineda, a été autorisée, également ce lundi, à installer 22 caméras. Après un aval de la Commission de Vidéosurveillance du gouvernement de Catalogne, la commune mitoyenne de Girona, où plusieurs vagues de troubles communautaires se produites depuis 2009, pourra filmer 24h/24 les points stratégiques de la voie publique. Selon Mme Pineda, cette mesure, en place aussi à partir du mois de mai, comporte un caractère dissuasif. Le budget nécessaire, de 55.000 euros, est entièrement couvert par la municipalité.

Partager