Langue
La Clau
Délinquance ordinaire ou islamophobie à la Grande Mosquée de Perpignan
Langue

La grande mosquée de Perpignan, située en bordure de la Route Départementale 900, en lisière du quartier du Vernet, a subi un cambriolage le 22 décembre 2012. Cette Mosquée de la Fraternité a été visitée en début d’après-midi par un ou plusieurs malfaiteurs, qui s’y sont introduits en brisant une vitre avant de s’emparer d’une urne contenant les dons des fidèles. Malgré un butin minime, de l’ordre de 400 euros, ce vol soulève des questions quant aux motivations des voleurs, dont le méfait a été découvert par un responsable de la mosquée, qui a immédiatement informé les forces de police. Suite à un dépôt de plainte effectué par les dirigeants de ce lieu de culte quotidiennement fréquenté, les enquêteurs sont chargés de définir l’identité du ou des fauteurs mais aussi les raisons de cette atteinte à un lieu de culte qui s’adresse à plusieurs milliers de personnes.

Un lieu de culte sans protection

L’hypothèse d’une action islamophobe commise à seulement trois jours de la fête de la nativité chrétienne n’est pas écartée, mais ce cambriolage pourrait ne comporter aucune valeur idéologique et relever de la délinquance ordinaire. Cette actualité questionne également la nécessaire protection des lieux, dépourvus de systèmes d’alarme et de garde physique. La mosquée de la Fraternité, inaugurée en 2006 sur un terrain de 17.500 m², comporte 850 m² de surface utile. Sa position excentrée, qui en facilite l’accès lors des grands rendez-vous du calendrier musulman, en renforce aussi la vulnérabilité.

Partager

Icona de pantalla completa