Langue

Pour préserver et partager équitablement l’eau dans les Pyrénées-Orientales, l’administration agit sévèrement. Jusqu’au 30 juin, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) de la préfecture des Pyrénées-Orientales, associée à l’Agence française pour la biodiversité, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et au Syndicat mixte pour la protection et la gestion des nappes de la plaine du Roussillon, exige aux titulaires de forages non domestiques de se faire connaître. Ces habitants ou institutions territoriales prélevant directement l’eau de la nappe phréatique dans un but agricole, industriel, touristique ou ornemental, doivent se signaler sous peine d’être considérés comme contrevenants et passibles de sanctions administratives. Les services de l’Etat en Pays Catalan pourront notamment ordonner le rebouchage des forages et provoquer des suites pénales.

Dans le cadre de l’actuelle campagne de régularisation, début juin avaient été déclarés plus de 250 forages non domestiques, c’est-à-dire prélevant plus de 1000 m3 d’eau par an, soit environ 4 millions de m3 prélevés par an.

Partager