Langue

Souvent perçu comme une simple philosophie, le bouddhisme est une religion qui figure au côté des autres, davantage médiatisées, notamment dans les Pyrénées-Orientales. Si plusieurs centaines de lieux de culte chrétiens sont naturellement présents dans le territoire, pour 6 « salles du royaume de Jéhovah » et 22 sites musulmans répertoriés cette année, le Pays Catalan compte deux temples bouddhistes à Perpignan. Un autre est aménagé dans un mas de la petite commune de Montferrer, située dans la région du Vallespir. A la manière de l’Eglise catholique reconnaissant l’autorité du pape de Rome, les bouddhistes de la capitale du Roussillon se réunissent au « KTT ». Ce « Karma Teksoum Theu Ling », désignant en langue tibétaine un lieu de transmission des savoirs du bouddha, obéit aux orientations du « 17ème Gyalwa Karmapa : Dhagpo Kagyu Ling », situé en Dordogne. Ce centre, névralgique en Europe, régit l’activité d’une quarantaine de lieux de culte, situés en campagne ou dans les coeurs de ville.

Un temple peu voyant, quartier gare à Perpignan

A Perpignan, les fidèles de Buddha, pour majorité asiatiques, se rassemblent jusqu’à quatre fois par semaine rue Courteline, à proximité de la gare, au sein d’un temple occupant une banale demeure traditionnelle catalane, après avoir occupé une salle rue des abreuvoirs, dans le périmètre direct de la cathédrale Saint-Jean. Recevant régulièrement la présence de lamas, ces religieux discrets et peu prosélytes, mal identifiés par le grand public, sont au nombre de 2,5 millions dans l’Union européenne. En Pays Catalan, ces pratiquants qui réprouvent le matérialisme et l’individualisme, tout en prônant la méditation, seraient actuellement au nombre de 350.

Partager

Icona de pantalla completa