Langue

L’abolition de la corrida en Catalogne du Sud en 2011 et la conséquente disparition des lieux dédiés profite à Céret. La capitale du Vallespir entend miser sur sa position géographique et la raréfaction des communes tauromachiques nord-catalanes, manifestée par l’annonce, en février 2012, de la destruction des arènes de Collioure. Céret, qui s’érige désormais en place forte de la tauromachie pour l’ensemble de la Catalogne, présente ses atouts le vendredi 15 juin 2012 dans les salons de l’Hôtel President de Figueres. Cette opération commerciale comporte la présence de plusieurs toréros, dont le novillero de référence Abel Robles, des éleveurs de taureaux, chefs d’entreprise et responsables d’associations, dont la très influente Association des aficionados cérétans.

La féria de Céret, à laquelle participent une écrasante majorité de toréros espagnols, se déroulera du 13 au 15 juillet et fait l’objet d’un relais du magazine de référence espagnol Mundo Toro. Sur l’affiche de cette nouvelle édition figure la star des matadors, José Pedro Prados « El Fundi« , dont la seule présence constitue pour les amateurs sud-catalans et espagnols une forte raison de se rendre dans les arènes d’une ville qui cumule son appartenance à la France, avec l’avantage de jouir d’une législation différente, et à la Catalogne, c’est à dire avec la possiblité de respirer un air familier.

Partager

Icona de pantalla completa