Langue

Les menaces qui pèsent sur la ligne ferroviaire traditionnelle Perpignan-Girona, par Cerbère et Portbou, ont donné lieu ce samedi à un forum public dans cette dernière commune. Ce rassemblement, convoqué par les mairies des deux villages côtiers, a comporté la proclamation d’un « Engagement de Portbou », signé par les maires, Jean-Claude Portella et Antoni Vega. Ce document est voué à réagir face à la concurrence imminente de la Ligne à Grande Vitesse Perpignan-Figueres, ouverte en décembre prochain, suivie de la liaison Perpignan-Barcelone en 2012. Stéphane Pineda, président de l’association des Usagers de la Ligne Ferroviaire entre Perpignan et Portbou, a avoué s’attendre à une « diminution du nombre de trains » sur la ligne traditionnelle, mais les deux parties, au nord et au sud, sont confrontées à une décalage de libertés locales. Ainsi, la Ville de Portbou, comme déjà constaté lors du Sommet International sur le même thème, en 2008, assure avec son premier adjoint, Joan Gubert, l’essentiel de l’action politique pour l’ensemble. Ce dernier, souhaitant une « mobilisation sociale et politique de deux côtés de la frontière », a d’ailleurs espéré que la ligne menacée devienne un « couloir européen, et un train de proximité ». Cependant, au plan symbolique, le site Internet de la mairie de Portbou a promu ce rendez-vous, tandis que celui de la Ville de Cerbère présente ses animations touristiques du mois d’août.

Partager