Langue
La Clau
Cassation contre l’inéligibilité du maire du Barcarès, Joëlle Ferrand
Langue

L’affaire dite du « dragage du port » du Barcarès connaîtra un troisième épisode, dévoilé ce mercredi après-midi. Le maire UMP de la ville, Joëlle Ferrand, s’est en effet pourvue en cassation, sans surprise, après avoir été condamnée à cinq ans d’inéligibilité, le 30 septembre. Cette sanction, prononcée par la coup d’appel de Montpellier, concerne une irrégularité constatée en 2003, lorsqu’une opération de dragage a été effectuée aux frais de la commune, par une entreprise dédiée, au profit d’un proche du premier adjoint de l’époque. Ces travaux, qui avaient représenté un dépassement de 23.000 euros aux frais du contribuable, n’avaient fait l’objet d’aucune délibération municipale. Selon Mme Ferrand, poursuivie pour favoritisme et « prise illégale d’intérêt », l’irrégularité questionnée s’explique par une erreur de la capitainerie du port, qui a ordonné le déplacement de 12.000 m3 de sable, tandis que la mairie avait commandé un dragage portant sur un volume de 12.000 à 15.000 m3. Mme le maire, qui récuse tout enrichissement personnel, affirme que les travaux subsidiaires ont été effectués gracieusement par l’entreprise. Si elle était déboutée à l’issue de la procédure engagée, une nouvelle élection municipale s’imposerait au Barcarès en 2011, sans Joëlle Ferrand, dont l’époux et ancien maire, Alain Ferrand, pourrait être un parfait relais.

Partager

Icona de pantalla completa