Langue

La mairie de Perpignan a approuvé le renforcement de sa politique pour la la tranquillité publique, ce mercredi 19 décembre. La séance ordinaire du conseil municipal, dirigée par le maire, Jean-Marc Pujol, membre des Républicains, a comporté une demande de subvention à l’Etat au titre du Fonds interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (FIPDR). Ce dispositif voué à identifier une menace islamiste armée devrait comprendre, selon le vœu de la Loge, installation d’une caméra de vidéoprotection sur le Boulevard Desnoyés, dans le quartier du Vernet. Selon ce plan, la ville est amenée à recevoir 26 autres caméras, tandis que les agents de sa police municipale seront dotés de 37 gilets pare-balles supplémentaires, selon une tendance à la multiplication observée depuis 2015 en France.

Selon la validation municipale, le dispositif de caméras-piétons, ou « caméras mobiles », introduit dès 2013 et étendu en juin 2017, sera complété par l’acquisition de 20 nouveaux appareils, suite à la pérennisation du procédé, encouragée en juillet dernier par l’Assemblée nationale. Ce matériel est attendu pour 2019 dans le cadre de la stratégie nationale de prévention de la délinquance dont le plan précédent, lancé en ce sens en 2007, a expiré en décembre 2017.

Partager

Icona de pantalla completa