Langue

La protection imaginaire offerte par le village languedocien de Bugarach face à la prétendue « fin du monde » prévue le 21 décembre, selon un canular devenu commercial, mobilise sérieusement les services de l’Etat dans les Pyrénées-Orientales. Dans un communiqué d’urgence transmis le 18 décembre, la préfecture de Perpignan a tenu à signaler une Interdiction temporaire de « rassemblements festifs à caractère musical et apéritifs géants », du 19 au 23 décembre, dans les territoires communaux de Caudiès-de-Fenouillèdes, Prugnanes, Saint-Paul-de-Fenouillet, Lesquerde et Maury. Selon les service du préfet René Bidal, les « thèses apocalyptiques » véhiculées autour de Bugarach peuvent comporter une « affluence particulière de population ». Pour éviter des « comportements irrationnels », une zone interdite a été mise en place par le préfet de l’Aude sur le pic de Bugarach et dans ses environs immédiats, dont le survol est proscrit dans un rayon de 3 km, tandis que la circulation routière est réglementée. Le Conseil général et la préfecture des Pyrénées-Orientales pourront interdire temporairement la circulation au départ du Pays Catalan vers le département de l’Aude, sur la Route Départementale 7 à partir de Saint-Paul-de-Fenouillet et sur la RD9 à partir de Caudiès-de-Fenouillèdes. Mais le directeur de cabinet du préfet de l’Aude, Nicolas Martrenchard, déclarait le 19 décembre « On demande aux gens de ne pas venir à Bugarach », annonce qui peut attirer les amateurs d’interdits, après plusieurs mois de battage médiatique.

Partager