Langue

La célébration, ce vendredi 11 septembre, de la Journée nationale de la Catalogne, à Barcelone, a apporté quelques surprises, qui ont bouleversé le rythme normal de la journée, commencée par des dépôts de gerbes et suivie d’une grande manifestation, l’après-midi, dans les rues de la capitale catalane. L’événement majeur s’est produit en milieu de journée, lors d’un concert de la chanteuse israélienne Noa, qui a interprété « El cant dels ocells », popularisé par le musicien Pau Casals, en catalan, accompagnée par l’Orchestre arabe de Barcelone, avant de s’exprimer, également en catalan, sur le thème de la paix. Ce concert a été perturbé par une tentative de boycott orchestrée par une cinquantaine d’activistes propalestiniens, qui ont distribué un tract portant le slogan « Boycottez Israël ». Ces faits graves ont invité le vice-président du gopuvernement catalan, Josep-Lluís Carod-Rovira, à déclarer, quelques heures plus tard : «Ces faits placent Barcelone sur la carte internationale des villes judéophobes », au même niveau que certaines «villes comme Téhéran ». La Fête nationale, qui revête d’ordinaire un caractère strictement politique, a comporté des aspects plus sociaux, lorsque une centaine de chômeurs, notamment licenciés par Nissan Barcelone ont protesté par des cris hostiles au gouvernement catalan.

Partager