Langue
La Clau
Bernard Fourcade, élu président de la CCI du Languedoc-Roussillon, doit quitter celle de Perpignan
Langue

L’expert-comptable perpignanais Bernard Fourcade, réélu à la présidence de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Perpignan et des Pyrénées-Orientales au mois de décembre, a remporté ce lundi après-midi la présidence de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Région Languedoc-Roussillon (CCIR). Couru d’avance, ce scrutin s’est déroulé en présence d’un seul et unique candidat, après l’abandon du président de la CCI du département du Gard, Francis Cabanat. Ce retrait, décidé par l’intéressé la semaine lors d’une une réunion avec les présidents régionaux du MEDEF, a permis à l’organisation patronale de ne présenter qu’un seul candidat, en l’occurrence catalan. Sur un collège électoral composé de 53 membres, M. Fourcade a ainsi obtenu 44 voix, 8 électeurs ayant voté blanc, un autre ayant opté pour l’abstention. Dans le cadre de la régionalisation des chambres de commerce, qui pointe un risque de centralisation et de partage forcé de problématiques disparates, M. Fourcade devra quitter ses fonctions reçues en Pays Catalan, pour rejoindre Montpellier. Il est désormais remplacé par Jean-Pierre Navarro, PDG de l’entreprise perpignanaise Sotranasa.

Félicitations de Christian Bourquin

Le double-vainqueur, âgé de 63 ans, a reçu dès ce lundi soir les félicitations de Christian Bourquin, également titulaire d’un parcours régional après s’être appuyé sur le Pays Catalan. Le vice-président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, promu président de la Région Languedoc-Roussillon le 10 novembre dernier, a lancé un « bravo à mon ami Bernard Fourcade », auteur d’un résultat « sans bavure », qui, selon lui, devrait « clouer le bec à tous ces usurpateurs » qui ont tenté de « déstabiliser » le Perpignanais lors de sa campagne dans les Pyrénées-Orientales. Le président Bourquin a repris, pour les encourager, quelques pistes de travail à suivre sur le territoire, dont le « développement de l’artisanat », du « commerce », des « services » et du « port de Port-Vendres ». Le mot « industrie » pourtant contenu dans « CCI » n’a pas été abordé, à l’image de la campagne de reconquête de la Chambre par M. Fourcade, qui s’est largement appuyé sur le simple petit commerce.

Partager