Langue

La diversité religieuse est exprimée dans les cimetières, notamment à Perpignan, où existent des carrés réservés à des personnes de confession musulmane ou juive, enterrées à côté de chrétiens et agnostiques. En Catalogne du Sud, les mairies reçoivent ces jours-ci une brochure du Gouvernement catalan dans laquelle les autorités déconseillent que les religions disposent de cimetières exclusifs, et défendent les cimetières multiconfessionnels. Cette politique est justifiée par la multiplication des demandes de familles de confession non-chrétienne, généralement musulmane ou juive, qui exigent que leurs défunts soient enterrés dans des tombes orientées vers la Mecque, ou Jérusalem, ou soient baignées par le soleil, avec vue sur la mer, pour les morts rattachés aux croyances chinoises. Par respect de la diversité, la Generalitat de Catalunya recommande ainsi que les communes du territoire déterminent des parcelles confessionnelles dans l’enceinte des cimetières et ne créent pas de cimetières exclusifs, obéissant aux religions, cependant autorisés par la loi. Le Gouvernement catalan, à majorité socialiste, considère la séparation des morts par religions comme un «pas en arrière» qui peut même « favoriser », parmi les vivants, les « rejets entre communautés ».

Partager