Langue

Plus de 200 personnes se sont réunies ce mercredi sur la Plaça del rei de Barcelone, en l’honneur de la libération de Roque Pascual et Albert Vilalta, les deux militants humanitaires catalans séquestrés par l’organisation Al-Qaeda du Maghreb Islamique. A l’issue de 267 jours de captivité, les deux hommes ont aterri mardi en provenance du Burkina Faso, après que l’État espagnol ait payé une rançon de 6 à 10 millions d’euros, selon des sources espagnoles et algériennes. L’ONG Barcelona Acció Solidària, dont les deux hommes sont membres, ha salué le soutien exprimé par des milliers de personnes, avant d’annoncer son intention de poursuivre son action dans les pays pauvres, en organisant cet automne un nouveau convoi humanitaire, mais avec davantage de « précautions », en évitant le Sahel et ses « zones dangereuses ». Cette mobilisation citoyenne, à laquelle assistait le maire de Barcelone, Jordi héritier, s’est déroulés dans une ambiance festive, portée par les slogans « gràcies pel vostre suport » (merci de votre soutien) et « benvinguts » (bienvenue), malgré l’absence des intéressés, représentés par leurs familles. Le seul bémol a été la prise de position de la Fédération Catalane d’ONG pour le Développement (FCONGD), qui rassemble 90 organisations. Selon sa présidence, qui s’est exprimée quelques heures auparavant, les convois humanitaires vers le Sahel « ne sont pas utiles », et il devient nécessaire de travailler « avec des gens du pays ».

Partager