Langue

Les jeunesses du syndicat Union Générale des Travailleurs de Catalogne (UGT) ont choisi de marquer les esprits en se dénudant, ce vendredi 14 août à Barcelone. Une action organisée face aux locaux centraux de la sécurité sociale a été l’occasion de protester contre les emplois précaires et les conditions réservées nouveaux entrants sur le marché du travail. Les revendications de l’UGT, significatives de notre époque, concernent particulièrement la prise en compte des périodes de formation dans le calcul des retraites. La porte-parole Afra Blanco réclame une considération égale à celle que le ministère du Travail réservait autrefois aux jeunes hommes ayant effectué leur service militaire. Elle demande de la «volonté politique» pour mettre fin à un «système qui demande à être formés, mais qui à la fois n’encourage pas les jeunes et finit par les pénaliser». Le mouvement jeune de l’UGT est dénommé «Avalot» (émeute), mais l’attitude des militants mobilisé n’a comporté aucun débordement. Bien au contraire, le sourire a prévalu.