Langue

Face à une récente réputation de destination pour fumeurs du monde entier, Barcelone régule ses « cannabis clubs ». Le 13 août, la mairie de la capitale catalane a fermé 49 lieux associatifs consacrés à la vente de cannabis de différentes variétés. Leur multiplication, selon un phénomène exponentiel observé depuis le début de l’année, est rendue possible par l’absence de licence d’exploitation nécessaire. Au total, 150 adresses sont disponibles, pour un ensemble de 400 en Catalogne du Sud. Parmi les établissements visés, une dizaine est située à Ciutat Vella, secteur qui englobe le quartier gothique et le Raval, en bordure de la rambla. L’exécutif municipal barcelonais pointe du doigt des irrégularités liées à l’aération, à la vente illégale de cannabis, à la publicité orchestrée autour des établissements et à l’incitation à la consommation.

L’un des clubs revendique 10.000 membres

Les cannabis clubs, régis par une réglementation qui en réserve l’accès aux seuls membres des associations, dépassent souvent ce cadre privatif. L’un d’eux, l’Associació 420, dispose de 10.000 inscrits. Mais la liberté prise par certains incite à la mairie à geler l’ouverture de nouveaux bars à joints pendant un an, dans l’attente d’une réglementation précise, à l’étude au Parlement de Catalogne. Selon les estimations de la Fédération d’Associations Cannabiques Autoregulées de Catalogne, les 400 associations catalanes de cannabis déclarées s’assurent un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros par mois.

Partager