Langue

Plaie ordinaire des villes occidentales, la présence de chewing-gums sur la voie publique, à Barcelone, a mobilisé plusieurs équipes spécialisées depuis le mois de mars. Le résultat de cette campagne d’embellissement urbain, présenté le 6 août, est de 55.714 éliminations, sur un recensement total de 1,6 million de traces, établi par la mairie. Principalement présents sur les trottoirs, les chewing-gums de Barcelone coûtent 20 centimes d’euro au contribuable à l’occasion de cette opération de retrait. A l’identique des autres grandes villes européennes, Barcelone a engagé une lutte sans merci contre cette nuisance, dont la zone de prédilection est la Place Urquinaona, à quelques centaines de mètres de la Place de Catalogne. Sur seulement 200 mètres carrés situés face à la bouche de métro Urquinaona, les services municipaux ont comptabilisé 1600 chewing-gums, nonchalamment jetés par les passants.

17 machines projettent de l’eau sous haute pression

Cette opération de nettoyage, à coups d’eau sous pression de type Kärcher, projetée par 17 machines, sera prolongée dans les prochains mois, district par district, correspondant aux divisions administratives de Barcelone, à rapprocher des arrondissements français. Pour le seul quartier Vila de Gràcia, l’investissement de la mairie représente 21.000 euros, imputables aux budgets des services d’urbanisme. Selon un calcul municipal, dans l’hypothèse d’un comportement plus civique, le dépôt des chewing-gums dans les 25.000 corbeilles présentes sur la voie publique représenterait une moyenne de 63 unités dans chacune d’entre elles.

Partager

Icona de pantalla completa