Langue

La formidable montée en puissante de la robotique dans la vie quotidienne, caractérisée en 2010 par la vente de 550.000 exemplaires à l’échelle du monde entier, aura atteint les 14,4 millions en 2015. Cette possibilité, fondée sur une étude rélévée lundi par Shinsuke Sakakibara, président de la Fédération Internationale de Robotique, laisse entrevoir un avenir machinisé, dans lequel la technologie épaulera les humains dans leurs tâches ordinaires, voire ls remplacera. Ce secteur d’activité est celui de l’entreprise barcelonaise Pal Robotics, rattachée à Pal Émirats Arabes, qui vient de présenter son robot « REEM ». Après de sévères essais de prototypes conçus en Catalogne, cette machine complexe, qui démontre une apparence de plus en plus humanoïde chez les robots, sera fabriquée pour le commerce l’année prochaine, aux Émirats. Cet appareil assumera des fonctions variées, comme la surveillance urbaine, les renseignements founis aux piétons, ou encore l’identification d’explosifs.

À l’origine suscité par les besoins militaires, le marché du robot dans le monde, dans la prévision d’une introduction domestique, constitue désormais un débouché économique suivi de près au sud du massif des Albères. Actuellement limités, dans certains foyers avancés, à l’aspiration de poussière, les robots de demain devraient rogner, avec tous les danges que cela comporte, sur l’activité humaine. Les leaders mondiaux de ce secteur, qui paraissait futuriste voilà peu, sont le Japon, la République de Corée et les USA, dans l’attente d’une remontée de la Chine au classement général.

Partager