Langue

Sur l’ensemble de l’Espagne, la ville de Barcelone est la moins fluide en matière de circulation, selon un rapport intitulé « Congestion Index 2012« , présenté le 4 avril. Cette étude, effectuée par la société hollandaise TomTom, révèle que les Barcelonais perdent annuellement jusqu’à 67 heures dans les embouteillages. Dans le classement espagnol, la capitale catalane, 42e ville européenne en matière de ralentissements de véhicules, est suivie de Palma de Mallorca, Madrid, Las Palmas et Séville. L’étude Congestion Index a comporté une série de mesures dans 161 villes, dans cinq continents, parmi lesquelles Moscou conforte sa position de conurbation aux trafic routier le plus important du monde.

Points noirs le jeudi matin et le vendredi après-midi

Selon la méthodologie employée par TomTom, qui met en rapport les temps de trajet aux heures de pointe avec les séquences de fluidité maximale, le différentiel atteint jusqu’à 19,2 % dans Barcelone, contre 66 % pour Moscou, 55 % pour Istambul et 33 % pour Paris et Rome. A Barcelone, les pires moments de la semaine sont identifiés le jeudi matin, à la faveur d’un pic hebdomadaire de l’activité économique, et le vendredi après-midi, davantage dévolu aux départs en week-end. Selon le rapport, l’addition annuelle du temps perdu dans les embouteillages représente jusqu’à 67 heures par an pour les automobilistes effectuant un trajet domicile-travail de 30 minutes.

Partager

Icona de pantalla completa