Langue

Révélée mardi, l’existence en vase clos d’une fratrie de 9 enfants à Banyuls, sur la côte vermeille, met à jour une forme d’islam intégriste, imposée par un père de 50 ans, d’origine marocaine, relayé par son épouse de 49 ans, d’origine slave, qui risquent désormais 7 ans de prison. Ce scandale a été révélé par la présence hagarde du plus réfractaire des enfants, vendredi, aux abords de l’appartement familial, situé au pied du quartier vallonné du Puig del Mas. Affamé et en sang, l’adolescent de 16 ans venait d’être frappé par sa mère avec un bâton et un pot de verre. Cette affaire est celle d’une stratégie parentale, marginale, visant à adapter l’islam le plus radical à la société occidentale, avec pour preuve le confinement de deux fillettes, scolarisées à distance pour rester soumises à des règles autoritaires à l’abri des regards. Sans jouets pour les plus petits, avec pour lit de simples couvertures jetées au sol, ce traitement imposait une anorexie générale au titre d’une purification religieuse, par limitation des apports nutritifs à du riz et très occasionnellement du mouton. Une cuisine fermée à clef, l’absence de meubles, et le caractère inaperçu, en dépit d’une enquête sociale diligentée par le Conseil Général des Pyrénées-Orientales, déjouée par la mère en 2004, ajoutent à l’effroi provoqué par cette situation. Hier, le procureur de Perpignan Jean-Pierre Dréno décrivait le père comme « illuminé, avec un fonctionnement qui s’apparente à celui d’une secte ».

Partager