Langue

La principauté d’Andorre est concernée par la lutte mondiale contre les paradis fiscaux, consécutive d’une réunion spécifique organisée à Londres en août 2009 en présence des 20 pays les plus riches de la planète. En juillet 2010, Nicolas Sarkozy, alors co-prince d’Andorre, effectuait à ce sujet une visite au « Pays des Pyrénées », qui venait d’être retiré de la liste « grise » des paradis fiscaux constituée par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE). Le Gouvernement andorran avait alors signé une charte comprenant 17 accords d’échange d’informations fiscales, afin de régulariser sa situation, mais les faits démontrent que son statut e paradis fiscal perdure.

Près de 2 millions d’euros saisis depuis janvier

Lors de la période comprise entre le 1er janvier et le 15 mai 2013, ce sont 57 tentatives de rapatriement d’argent, depuis des banques andorranes vers le territoire espagnol, qui ont été déjouées à la frontière hispano-andorranne de la Farga de Moles. Selon les données révélées le 21 mai par la guardia civil espagnole, cette tendance représente une hausse de 139 % par rapport à la même période de 2012. En montants, 1.966.000 euros ont été saisis, contre 821.839 l’année dernière, à l’issue de minutieuses opérations de contrôle. Celles-ci sont effectuées jour et nuit dans ce secteur avec l’aide de chiens dressés à l’identification de l’odeur des billets, moins prégnante que celle du haschisch ou du tabac, mais néanmoins vérifiable.

Partager

Icona de pantalla completa