Langue
La Clau
Après les émeutes, manifestation pour l’équilibre communautaire, samedi à Salt
Langue

Face à la fragilité des équilibres sociaux de la ville de Salt, voisine de Girona, où des troubles nocturnes ont provoqué ce week-end une médiatisation dans l’ensemble de l’Espagne, les autorités réagissent. Après avoir renforcé les effectifs policiers dans les artères sensibles de sa commune, la jeune mairesse socialiste Iolanda Pineda, âgé de 34 ans, a publiquement donné, ce lundi, son explication des faits, qui ont comporté 12 véhicules et 10 conteneurs incendiés. Selon ses informations, issues d’une enquête encadrée par la police catalane, les auteurs des délinquances, qui renforcent le sentiment d’insécurité à Salt, sont extérieurs à la ville. Domiciliés à Figueres, Lloret et Celrà, les jeunes révoltés, pour la plupart mineurs, dont certains ont fait l’objet d’une détention immédiate avant d’être relâchés, « ne sont pas aussi bien organisés que cela ». Mme Pineda, rassurante auprès de ses administrés, notamment face au risque de récupération politique par l’extrême droite catalane, tient le cap. Elle a réuni lundi l’ensemble des partis représentés au sein de son conseil municipal, dans le but d’éviter de nouvelles émeutes et de nouveaux affrontements culturels inquiétants.

Il y a un an, en février 2010, Salt avait vécu des altercations verbales entre maghrébins et personnes autochtones. En Catalogne du Sud et en Espagne, où le statut des personnes immigrées diffère souvent du schéma français, davantage propice aux naturalisations, la ville de Salt constitue un lieu d’inquiétudes lancinantes. Le défi posé à la mairie et au Gouvernement de Catalogne, qui s’attachent à maintenir un cohabitation culturelle, dans un esprit d’intégration, reste cependant difficile. Le partenaire politique de Iolanda Pineda à la mairie de Salt, Joan Boada, membre de la Gauche Républicaine de Catalogne, tentait d’ailleurs, ce lundi, de contenir le pire, en souhaitant que la population ne fasse pas d’amalgame entre la délinquance et l’immigration. En signe d’apaisement, une manifestation contre la violence est organisée ce samedi matin dans la ville. Cette mobilisation, sous le slogan « Bien vivre à Salt », est soutenue par plusieurs associations de quartier, des regroupements de commerçants et des personnes immigrées.

Partager