Langue

La mairie de Font-Romeu et le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes (PNR) soutiennent une opération inédite d’éradication de la « fleur du mal », dimanche 12 octobre. Cette action d’arrachage vise le Séneçon du Cap, plante invasive relativement esthétique entrée en territoire français dans les années 1930, notamment par la ville de Mazamet. Doté de fleurs jaune vif visibles toute l’année, ce Senecio inaequidens, selon son nom latin, est devenu un fléau pour certaines activités agricoles. Il est toxique pour les plantes voisines, la plupart des insectes, des moutons et des chèvres, des chevaux, des ânes ou encore des lapins. Bien adapté au climat méditerranéen, il résiste aux incendies car les quatre chromosomes de sa variété européenne, provenue d’Afrique du Sud, en font la plus agressive au monde.

Un action pour donner l’exemple

A Font-Romeu, l’association Kera se mobilise pour une « matinée symbolique d’arrachage » autour de la nouvelle école du hameau Odeillo. Elle souhaite attirer l’attention du public au travers de cette exemple et inviter la population à agir à son niveau. Cette structure s’engage contre la propagation d’une plante devenue habituelle, notamment au bord des vignes du Roussillon. Elle signale aussi la présence de « persil géant », plus académiquement Berce du Causase, dont la prolifération dangereuse était signalée en Cerdagne dès 2008.

Partager

Icona de pantalla completa