Langue

La politique cyclable de la Ville de Perpignan, rendue évidente depuis février 2008 par le service de vélos à louer BIP !, qui dispose de 15 stations et de 150 bicyclettes, doit faire face au lobbying de l’association « Vélo en Têt ». Ses militants lancent ce samedi matin un « mois du respect des aménagements piétons et cyclables », au carrefour de l’avenue Guynemer, et l’avenue Mermoz, sur laquelle ils avaient peint au sol, en décembre 2007, une fausse piste cyclable. Pour cette nouvelle action, Vélo en Têt a imprimé de nombreux faux PV, parfaiteement imités. Dans une ville peu prête à devenir réellement cyclable, l’association souhaite ainsi « punir de quelques secondes d’inquiétude » les automobilistes dont les véhicules pratiquement un « stationnement sauvage » sur les zones réservées aux piétons et aux vélos, dont certains trottoirs, bandes cyclables, pistes cyclables et couloirs de bus. Cette pédagogie contondante prétend, selon Vélo en Têt, favoriser « une mobilité plus efficace que la voiture en ville ». Au risque d’être perçu comme un groupe chargé de civiliser des populations déphasées, l’association dénonce un déficit de « volonté politique de libérer la ville de l’omni-présence de la voiture », qui « se fait ici attendre ».

Partager

Icona de pantalla completa