Langue

Le ministère de la Santé tient à informer les 800 femmes qui ont eu recours à un avortement dans 4 cliniques de Barcelone de l’urgence de pratiquer un test de dépistage du VIH. Attirées par les législations abortives plus souples aux Pays-Bas, en Angleterre ou en Espagne, de nombreuses françaises sollicitent un IVG au-delà du délai français de 14 semaine. Ainsi, à Barcelone est apparu un authentique business, avec des délais parfois illimités, porté par plusieurs cliniques réputées pour intervenir sur des femmes étrangères. Mais une affaire, actuellement en cours, concernant un médecin séropositif exerçant dans les cliniques TBC, Emece, Ginemedex et Fondation Morin, sème l’inquiétude, bien que le risque de contamination soit extrêmement réduit. Cette semaine, le ministère français a ainsi formulé un communiqué rassurant, qui précise que les femmes concernées par une interruption volontaire de grossesse effectuée au delà de 14 semaines de grossesse, selon la limite légale française, ne sont pas menacées de sanctions pénales.

Partager