Langue

La tendance européenne du cocon familial s’accentue en Espagne, où seulement 22,1 % des moins de 30 ans ne vivent pas chez leurs parents. Une étude publiée le 21 août à Madrid par l’Observatoire de l’émancipation du Conseil de la Jeunesse d’Espagne (CJE) révèle en effet que la crise a fait changer d’époque. Au-delà d’une vie de famille prolongée plus tard qu’autrefois, le présent est une accession à la propriété de plus en plus difficile, car un achat de logement imposerait aux 16-29 ans une augmentation de revenus de 80 % en moyenne, pour seulement 30 % de la somme requise. Mais le pourcentage d’émancipés s’élève à 72,9 % chez les 30-34 ans, preuve que le départ du foyer originel s’effectue au seuil des 30 ans.

25 % d’émancipés en Catalogne

Par communautés autonomes espagnoles, les Îles Baléares détiennent la meilleure performance, avec un taux de 30 % d’émancipés, contre 25,4 dans la région de Madrid et 25,4 % en Catalogne du Sud. Le reste de l’Espagne réajuste la moyenne à 22,1 %, avec 19,3 % en Andalousie, 18,5 % au Pays Basque et à peine 14,4 % en Castille-et-León, et, dans tous les cas, l’émancipation féminine est plus forte. Cependant, ces données sont légèrement modulées par les 40.000 jeunes diplômés qui ont quitté l’Espagne depuis le début de l’année afin de rencontrer un avenir professionnel à l’étranger. Actuellement, la surqualification concerne 54 % des 16-29 ans titulaires d’un emploi et 56 % des 30-34 ans.

Le sexe intéresse moins que l’entreprise

Le rapport du CJE aborde également les principales préoccupations des jeunes Espagnols, davantage intéressés par la création d’entreprise que par la sexualité. Les difficultés économiques et le taux de chômage explosif semblent peu entamer le moral des 15-29 ans, captivés, par ordre d’importance par « la famille, l’amitié et la santé, le travail, le temps libre, les études, l’argent et la sexualité ». En comparaison aux décennies passées, l’univers des jeunes espagnols, très empreint de nouvelles technologies, écarte la politique, entachée d’un manque de confiance croissant, mais inclut l’égalité des sexes, l’environnement et la culture, selon les travaux de l’Observatoire.

Partager

Icona de pantalla completa