Langue
La Clau
74 CRS de Perpignan font « grève » pour protester contre Hortefeux
Langue

La quasi-totalité des effectifs de la compagnie « CRS 58 » de Perpignan, missionnée par sa hiérarchie au renforcement de l’encadrement d’un match de football en Provence, ce samedi soir, a préféré rester en Roussillon en guise de protestation. Les militaires, attendus pour surveiller d’éventuels débordement autour de la rencontre remportée par le Paris Saint-Germain contre l’Athlétic Club Arles- Avignon (ACA), qui s’est déroulée à 19h au Parc des Sports d’Avignon, dans le département du Vaucluse, se sont fait porter malade. Au total, 74 policiers sur les 84 que compte la compagnie, basée au Chemin de la Poudrière, dans le quartier du Vernet, ont employé ce procédé syndical, d’un nouveau genre dans leur corps professionnel. Cette stratégie de bloc a pour but d’interpeller le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Celui est l’auteur d’annonces, lancées puis contredites, concernant la possible fermeture de deux compagnies de CRS, l’une à Marseille, l’autre à Lyon. Solidaire, la CRS 58 de Perpignan, dont les effectifs ont été réduits dernièrement, a contraint l’Etat, par son absence au travail, à mobiliser une autre compagnie. Ce véritable évènement, organisé par des hommes qui n’ont pas le droit de grève, informe au passage le public au sujet de certaines missions attribuées aux agents affectés en Pays Catalan. Alors que 260 policiers pourraient remerciés dans les prochaines semaines, ce mercredi, M. Hortefeux a tenté de rassurer les CRS inquiets en assurant « chaque situation familiale sera prise en compte ».

Partager