Langue

Face à l’évolution rapide de la pandémie du virus H1N1dit “grippe porcine”, l’Hôpital Saint-Jean de Perpignan est en vigilance, mais sans alarmisme, dans des conditions de veille équivalentes à celles observées lors de l’épidémie de grippe aviaire déclenchée dès 2004. Dans le cadre d’un « plan pandémie grippale », la prise en compte de la maladie est ainsi réelle dans les Pyrénées-Orientales, depuis lundi, autant dans les établissements hospitaliers publics que dans les cliniques privées. Pour parer à toute éventualité, l’Hôpital Saint-Jean dispose ainsi de 700.000 masques antigrippaux, pour une population totale de 440.000 habitants sur le territoire. En Espagne, la ministre de la Santé Trinidad Jiménez a confirmé hier après-midi l’existence d’un deuxième cas de grippe porcine, relevé à València, affectant un étudiant de 24 ans dont l’état de santé est favorable. Ce jeune homme a par ailleurs voyagé avec le précédent malade, un jeune de 23 ans domicilié dans la province d’Albacete, dans la région de Castille-La Manche. En Catalogne du Sud, seules trois personnes parmi les dix porteurs du virus H1N1, comptabilisés hier, pourraient réellement être affectées par la maladie.

Partager