Langue

La maison de passe Paradise de La Jonquera, dont l’inauguration a suscité une intense controverse en octobre 2010, est menacée par une pétition lancée par la comédienne espagnole Mabel Lozano. Cette personnalité engagée dans les Droits de l’Homme après avoir exercé le métier de top model et mené une carrière à la télévision publique espagnole a pris la tête, courant septembre 2012, d’une fronde menée contre le plus grand bordel d’Europe du Sud. La pétition exige du ministre-conseiller de l’Intérieur catalan, Felip Puig, la fermeture de ce lieu, largement concouru par des centaines de clients en provenance des Pyrénées-Orientales. Cette démarche a ainsi réuni près de 57.000 soutiens électroniques. Les arguments déployés l’encontre du lieu sont fondés sur le respect de la condition humaine, car « chaque année, des milliers de femmes sont trompées dans leurs pays et obligées à se prostituer dans les clubs de bord de route, dans des appartements et dans des rues de toute l’Espagne ».

3000 mètres carrés consacrés au sexe à péage

Cette action citoyenne, qui s’adresse également à Sònia Martínez, maire de La Jonquera, se limite étrangement à l’une des nombreuses maisons de tolérance de Catalogne du Sud et d’Espagne, bien que ces territoires en comptent des centaines. Mais le caractère gigastesque du Paradise, grande surface de 3000 mètres carrés consacrée au sexe à péage, est à la source de cette opération.

Partager

Icona de pantalla completa