Langue

Un sondage sur la question de l’indépendance de la Catalogne, publié le 21 février, présente une proportion de 54,7 % d’opinions favorables à une émancipation du territoire, parmi les 7,5 millions d’habitants de la Catalogne du Sud. Ce résultat, issu du « baromètre » du Centre d’Etudes d’Opinion de Catalogne, se complète d’une proportion de 20,7 % d’opposants à ce projet et de 17 % d’abstentionnistes. Alors qu’un référendum, justifiant la réprobation du gouvernement espagnol, est prévu pour 2014, vraisemblablement pour la fin du printemps, le volume de partisans d’une voix catalane dans le monde, dissociée de l’Espagne, est en baisse de 2,3 % par rapport à une étude diffusée en décembre 2012, mais en hausse de 3,6 % depuis juin 2012 et de 10,1 % depuis février 2010. Cette nouvelle donnée intervient, en marge de la crise, dans un contexte d’internationalisation de l’économie catalane, dont le volume d’exportations, en hausse de 5 % en 2012, a représenté 26,3 % du total espagnol.

La gauche indépendantiste dépasserait le centre-droit indépendantiste

Selon ce même baromètre, dans une hypothèse électorale, le premier parti du Parlement de Catalogne et principal détenteur de mairies en Catalogne du Sud, Convergence et Union (CiU), serait dépassé en pourcentages par la Gauche Républicaine de Catalogne (ERC). CiU obtiendrait 19,3 % et perdrait 10 députés sur les 50 dont elle dispose actuellement, et, sur le flanc gauche, ERC obtiendrait 20,9 % et 28 sièges, le schéma électoral catalan tenant particulièrement compte les territoires et non pas seulement le nombre de suffrages.

Partager