Langue

A l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse, organisées en présence de près d’un million de personnes à Madrid, une mobilisation d’opposants s’est déroulée ce mercredi soir. Rassemblées sous les slogans « Mes impôts, pour le pape zéro » et « Moins de crucifix, plus de travail fixe », environ 5000 personnes ont occupé la Plaza del Sol, située en coeur de ville. Ce site, également choisi par une partie des jeunes fidèles catholiques venus du monde entier pour approcher Benoît XVI, a été le théâtre de revendications pour une Espagne laïque. En effet, une partie de l’impôt sur le revenu espagnol est traditionnellement affectée au denier de l’Église, dans une tradition que n’ont jamais contestée les gouvernements, notamment de gauche, à l’instar de celui du premier ministre José Luis Rodríguez Zapatero.

Cette manifestation pacifique avait pour but de rappeler la pluralité religieuse espagnole, et dénoncer la représentativité induite par la visite papale. Autorisée par le gouvernement espagnol, elle a ainsi comporté les slogans alternatifs « Dieu, oui, Église, non », et « Séparation Église-État ». Dans l’ensemble, sans exprimer un anticléricalisme ouvert, les participants ont réclamé un système de fonctionnement étatique moins religieux. Parmi les éléments visuels visibles au sein du cortège sont apparus un portrait du père des Indignés, le Français Stéphane Hessel, faisant face au cardinal Joseph Ratzinger.

Partager