Langue

Selon les résultats d’un sondage publié ce mercredi à Barcelone, 42,9% des Catalans du sud voterait « oui » à l’indépendance de la Catalogne. Cette étude, commandée par l’organisme gouvernemental catalan Centre d’Études d’Opinion (CEO), a été réalisée après les élections municipales du territoire, qui se sont déroulées le 22 mai. Ses chiffres stipulent aussi que 28,2% des personnes sondées s’opposeraient à l’inclusion d’un État catalan au sein de l’Union européenne. Le principal critère mis en avant dans la préparation de ce sondage était l’hypothèse d’un référendum sur une indépendance catalane, supposément organisé par les institutionnelles en place. Au-delà des simples statistiques, dans une marge d’erreur de 2,47%, cette question est posée pour la toute première fois dans le cadre d’une étude officielle, à l’issue d’une longue série de consultations informelles, organisées par de puissantes cercles militants, depuis 2009.

Les résultats mettent également en évidence qu’à peine 25,5% des personnes interrogées expriment ouvertement leur adhésion au projet indépendantiste, tandis que le reste des citoyens se considère fédéraliste à 33%, et autonomiste, à hauteur de 31,8%. Dans la réalité légale, l’autonomie constitue le statut actuel de la Catalogne du Sud, qui partage cette caractéristique, bien qu’à des degrés supérieurs, avec 16 autres territoires qui composen l’État espagnol. Enfin, la question du financement de la Catalogne du Sud, contenue dans la liste, suscite 75% de réponses positives à l’égard d’une autonomie fiscale, qui induirait un « concert économique », actuellement défendu par le gouvernement centriste d’Artur Mas, directement inspiré du modèle basque du Sud. Cette formule consisterait à lever l’intégralité des impôts en Catalogne, en préalable au versement d’un tribut à l’Etat espagnol.

Partager