Langue

Une remise à plat générale du département des Pyrénées-Orientales, commandée par le préfet Hugues Bousiges aux services compétents de l’Etat, met à jour des fragilités inédites. Cette étude globale communiquée la semaine dernière confirme l’accélération démographique, qui situe à 440.000 le nombre d’habitants, soit +14.000 en une seule année, dans un mouvement qui laisse supposer le dépassement de la barre des 500.000 habitants en 2020, établie par l’INSEE à l’aube de la décennie actuelle. Aujourd’hui, 80% des nord-catalans vivent en plaine du Roussillon, la proportion des personnes âgées croît et les 20-39 ans sont moins nombreux qu’en Languedoc-Roussillon et en France. La société de type « hall de gare » et la « pauvreté au soleil » s’installe encore, car 12% des habitants vivaient ailleurs il y a 5 ans, 22.000 logements, soit 13% du parc, s’avèrent indignes, et les semi-précaires sont si nombreux que 70% des ménages sont recevables au logement social. Sans compter les ultra-précaires, bénéficiaires des divers minimas sociaux, deux fois plus nombreux que sur l’ensemble de la France. Notablement armé de courage face à la grande mutation, le préfet, associé aux maires et aux autres élus, garde l’espoir d’envisager une structuration territoriale.

Nouveau commentaire