Langue

La crise économique a favorisé depuis 2009 la création de quelque 2500 monnaies locales et territoriales au sein de l’Union européenne, en soutien aux économies de proximité. Sans valeur légale mais parfaitement utilisables dans certaines commerces et activités à caractère solidaire et social, ces devises alternatives sont au nombre de 25 en Catalogne du Sud. La plus célèbre, l’Ecosol, abrégée en Eco$, est même associée à une très sérieuse boutique en ligne proposant ouvrages et produits agricoles, soit un catalogue de 130 produits. L’achat est possible sur Internet et dans une vingtaine d’établissements partenaires d’une coopérative dédiée. Ces ecosols, acquis par simple échange contre de la monnaie courante, côtoient d’autres devises locales, l’ensemble étant voué à connaître un développement parallèle aux échanges traditionnels en euros.

« Eviter que l’argent ne parte à Madrid ou à Bruxelles »

Pour Xavier Palos, membre de l’organisme informel Commission de la Monnaie Sociale de Catalogne, cette démarche garantit que l’argent dépensé « ne sera pas spéculatif » et que ces « fruits de l’argent que vous avez gagné ne partiront ni à Madrid ni à Bruxelles ni en Allemagne, mais s’enracineront dans le territoire, au travers d’associations qui contribuent au bien-être social ». Les monnaies différenciées de l’euro sont généralement en vigueur dans des micro-régions, les « comarques » sud-catalanes, et dans de petites villes. Il s’agit de moyens de mise en réseau profitables aux tissus commerciaux locaux, sans marge bénéficiaire excessive, dans une philosophie sociale d’opposition à l’économie spéculative.

Partager

Icona de pantalla completa