Langue

Une loi sur le cinéma en catalan, présentée en 2009 au Parlement de Catalogne, à Barcelone, devrait rencontrer une application concrète dans les prochaines mois. Le conseiller de la Culture gouvernementale, Ferran Mascarell, qui comparaissait ce lundi face à la presse, s’est appuyé sur un plan général approuvé en mars 2010 par la Commission Européenne, soucieuse d’établir des équilibres linguistiques et culturels sur le continent. Selon les prévisions avancées par M. Marcarell, dès l’année prochaine, 1,5 des 7,5 millions d’habitants que compte la Catalogne du Sud pourrons ainsi consommer des films, notamment les grandes productions mondiales, dans la langue de Jordi Pere Cerdà. Cette possibilité est le fruite d’un accord passé avec le puissant groupe professionnel des Entrepreneurs du Cinéma de Catalogne et la fédération Fedicine.

Les majors, monstres du cinéma globalisé, vont ainsi s’adapter davantage aux évolutions culturelles en vigueur en Catalogne autonome, suite à une mobilisation de la force publique, indifféremment de gauche, lors du mandat de l’ancien président catalan, José Montilla, comme du centre et de droite, avec l’actuel président, Artur Mas. Le doublage en langue catalane, qui ne concernera que les films étrangers, ne sera ainsi pas appliqué aux films espagnols tournés en langue castillane. Face à une demande politique et identitaire, le monde du cinéma marchand a fini par céder, dans une optique commerciale certaine, au regard de la manne disponible. Alors qu’en 2010, seulement 5 films étrangers ont été doublés en catalan, soit 1% des long-métrages projetés, cette proportion devrait être multipliée par 5 en 2012, soit 7% du total, ou encore l’équivalent de 55.000 projections.

Partager