Langue

La lutte contre la contrefaçon et la vente illégale porte ses fruits à La Jonquera, où 22 vendeurs ambulants ont été interpellés le 14 août dans le cadre d’une opération sans frontières. Y ont participé les commissariats de la police catalane, les Mossos d’Esquadra, en poste à Figueres et à La Jonquera, épaulés par la police municipale de cette commune et des gendarmeries du Perthus, de Céret et du Boulou, en territoire français. Cette opération, dont le résultat a été communiqué ce 25 août par l’Agence Catalane d’Informations, est la conséquence d’une inspection de plusieurs quartiers de la commune. Dans certains cas, les vendeurs à la sauvette ont tenté d’échapper aux forces de l’ordre « en courant ou en se cachant dans une zone boisée autant en Catalogne Nord que vers le Sud du village », selon l’agence, qui précise qu’un « grand déploiement policier » a permis d’intercepter les fauteurs. Certains vendeurs ont été empêchés de fuir en Roussillon par les agents de nationalité française, dans un rôle que n’auraient pu tenir légalement leurs collègues sud-catalans.

Vendre vite, pour échapper aux agents

Le butin saisi reste modeste, car il s’agit de 72 montres et de 37 paires de lunettes de soleil, mais cette action, parmi d’autres organisées dans l’année, dans une cadence plus forte en été, doit permettre d’améliorer l’image de La Jonquera, où la vente ambulante est interdite par décret municipal. Les Mossos d’esquadra assurent que la tactique des commerçants illégaux de La Jonquera obéit invariablement à la même règle : transporter peu d’objet afin d’éviter d’éveiller les soupçons, en en assurer la vente en quelques secondes, pour échapper à la police si celle-ci survient sur les lieux de la transaction.

Partager