Langue

La tendance à l’ouverture de clubs libertins aura été bien réelle lors de cette première décennie du XXIe siècle dans les Pyrénées-Orientales, à travers une promotion autant assurée par le bouche-à-oreille que par le réseau Internet . Actuellement, quatre établissements ont pignon sur rue, dont le plus récent, « Le Rio », a ouvert ses portes au mois de juillet, à deux pas de l’enfilade de restaurants et du front de mer de la commune de Saint-Cyprien. Populairement appelés « boîtes échangistes », les établissements dédiés aux rapports charnels d’un soir, entre couples ou personnes arrivées seules, peuvent parfois constituer un agrément dans le cadre de séjours touristiques, ou plus généralement pimenter le week-end de couples majoritairement quinquagénaires. Certains présentent une formule simplement coquine, notamment à Rivesaltes, tandis que d’autres proposent des installations qui, bien que parfaitement légales, ont de quoi effrayer le commun des mortels. Cette caractéristique est celle du Jet Club, installé dans le secteur du distriport du Boulou, à quelques centaines de mètres du péage de l’autoroute A9. Equipé d’une croix sado-masochiste (SM) et d’une croix de Saint-André, instrument du martyre de l’apôtre du même nom, cet établissement aussi discret qu’apprécié par une clientèle avertie attire une clientèle du Roussillon et du Languedoc, mais moins communément de Catalogne du Sud. Le libertinage amoureux, discrètement contrôlé par les autorités, est aussi présent au Polygone Nord de Perpignan, où est situé le club Le Correct, qui se veut chic, proscrit le pantalon pour les femmes et sélectionne à l’entrée les hommes qui s’y présenteraient seuls.

Partager

Icona de pantalla completa