Langue
La Clau
17 millions pour démonter les cabines du Perthus, avant le 1er septembre
Langue

Le démontage des cabines de police et de douane du passage frontalier du Perthus-La Jonquera est en marche, suite aux menaces de la Commission Européenne (CE) contre de la France, accentuées en 2009. L’instance de mise en œuvre des politiques communautaires a même ordonné à l’Etat, début 2010, de résoudre avant le 1er septembre le problème récurrent des embouteillages autoroutiers provoquée par lesdites cabines, dont la seule présence constitue une dissuasion pour la plupart des automobilistes, notamment étrangers. Face à une résolution européenne reçue à Paris, les panneaux de limitation de vitesse à 10 km/h ont été remplacés par des panneaux indiquant « 50 km/h » sur ce point géographique litigieux. Cette mesure précède le démantèlement imminent des cabines, désuètes, pour un coût de 17 millions d’euros assumé par Paris. La CE, qui tient à fluidifier le trafic entre les territoires, souhaite que la vitesse maximale soit portée à 80 km/h dans le secteur, mais l’Etat français s’y refuse encore, en arguant des dangers inhérents à la présence des cabines. La France, obéissant au Traité de Schengen, souhaite conserver in situ ses services administratifs, policiers et douaniers, au Perthus-La Jonquera, et envisage la construction d’une passerelle enjambant l’autoroute.

Partager