Langue

En Pays Catalan, en Languedoc et au delà, les vendanges mobiliseront cette année 14.700 ouvriers espagnols spécialement embauchés, selon les chiffres de la Fédération d’Industrie et des Travailleurs Agraires (FITAG) espagnole. Ces saisonniers se rendront principalement dans les départements des Pyrénées-Orientales, dans l’Aude, l’Hérault, le Gard, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, la Gironde, le Var et la Drôme. D’après la FITAG, liée au syndicat Union Générale des Travailleurs (UGT) et chargée de coordonner les déplacements, la plupart de ces employés temporaires sera sur place en fin de mois, pour un séjour de 20 à 25 jours. Les chiffres communiqués le 8 août par cette fédération indiquent une prévision de 10.600 contrats signés avec des Andalous, pour 1200 Valenciens, 600 Murciens, autant d’habitants de Castille-la-Manche et 1700 habitants d’autres régions d’Espagne.

Une activité peu appréciée par les Français

Par rapport à la vendange 2012, le nombre de vendangeurs espagnols à l’oeuvre en France restera stable en 2013, dans une vieille tradition qui persiste étonnamment malgré un taux de chômage record en plaine du Roussillon. L’UGT décrit d’ailleurs un profil de diplômés urbains répandu parmi les ouvriers temporaires espagnols, et évalue à 800 l’augmentation des effectifs embauchés cette année, spécifiquement dans la même plaine, pour la cueillette de nectarines, pêches et abricots. Ce dernier type d’ouvriers provient principalement de la région andalouse de Cadix, à 1300 km de Perpignan.

Partager