Langue

La dynamique démographique de la plaine du Roussillon présente des variations étonnantes d’après les chiffres de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) valables à compter de ce 1er janvier 2019. Perpignan comporte désormais 121 875 habitants, contre 118 238 en 2011, soit une croissance de 3,08% en cinq ans. La Fidelíssima rejoint Annecy, dépasse Orléans, Metz et Boulogne-Billancourt, mais elle reste en deçà de Tarragona. Limitrophes, Cabestany progresse de 6,76% en passant de 9 199 à 9 821 administrés et Saint-Estève de 10 905 à 11 841, soit une progression de 8,58%. La plus forte augmentation du Roussillon intervient au Barcarès, passé de 4108 à 5915 âmes, soit un bond de 43,99%, contre 19,46% à Canohès, ville aux 5819 habitants selon le dernier recensement, mais 4871 selon le précédent.

Canet perd 1000 habitants

Parmi les curiosités statistiques, Canet-en-Roussillon, pourtant attractive grâce à ses services et son offre de loisirs, recule de 7,81% et passe de 13 091 habitants à seulement 12 069. La ville côtière reste cependant la deuxième du Pays Catalan, où l’on dénombre 474 069 habitants, à la faveur d’apports démographiques extérieurs plus qu’un solde naturel propre aux territoires productifs.