Langue

Le Pays Catalan manifeste une poussée démographique de 3200 habitants par an, selon les statistiques de l’Institut National de Statistiques et des Etudes Economiques (Insee). Dans sa dernière analyse, cet organisme stipule que « les arrivées nettes de population (arrivées moins départs) sont de 3 650 personnes par an« . Quotidiennement, cet afflux de population équivaut ainsi à 10 personnes, pour une démographie générale évaluée à 445.890 habitants en 2012. Dans l’hypothèse crédible d’une constance de cette évolution, 2020 devrait induire la présence de 471.490 habitants, tandis que l’année du franchissement de la barre des 500.000 habitants sera 2028. Si les Pyrénées-Orientales, qui comptaient 230.000 âmes en 1954 puis 334.500 en 1982, démontre une haussé accélérée depuis la fin du XXe siècle, les prévisions de croissance devraient maintenir un niveau de 0,9 % au moins jusqu’à la fin de la décennie actuelle, puis au fil de la prochaine, d’après l’Insee.

Des données contrastées par la précarité

Cette évolution, 2,5 fois plus rapide que la progression hexagonale, n’est cependant pas obligatoirement synonyme de dynamisme social, créatif et économique. L’Insee insiste sur le fait que les deux tiers du solde migratoire sont « constitués de personnes de moins de 60 ans » mais que le vieillissement global va se poursuivre. En outre, le dernier pointage, présenté en juin 2012, précise pour 2010 un solde naturel négatif de 192 individus. Une lecture superficielle des données indique un progrès, mais d’autres critères, parallèles à la quantité, manifestent un tout autre panorama. En 2009, le nombre de foyers fiscaux imposables atteignait ainsi la proportion de 45,6 %, tandis que le nombre de bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA) était de 48.000 en 2011.

Partager