Langue

Le département des Pyrénées-Orientales figure parmi les territoires français où viennent d’être révélés les plus graves fraudes massives sur les retraites anticipées, pour un coût global de 200 millions euros. Selon la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, plusieurs dizaines de milliers de personnes en France, 10% des cas en Pays Catalan, ont en effet profité d’une faille de la loi Fillon de 2003 sur les retraites anticipées, pour cesser de travailler avant 60 ans. Les fraudeurs présumés vont recevoir dès ce lundi une lettre de rappel à l’ordre, après avoir abusé de la loi, qui autorise la retraite avant 60 ans aux salariés qui ont commencé à travailler avant l’âge 16 ans, s’ils ont déjà cotisé 40 annuités. Spécialement destiné aux agriculteurs, ouvriers et artisans, ce volet de la loi Fillon a été abusé en Pays Catalan, le texte prévoyant une simple déclaration sur l’honneur de deux témoins pour justifier un emploi, généralement agricole, honoré dans les années 1960, à l’époque où les attestations d’emploi n’étaient pas généralisés. Cette démarche malhonnête, évidemment illégale, qui certifie de faux parcours professionnels de 40 ans, est à la source d’un scandale silencieux, solutionné dans les prochains mois par des demandes de remboursement de trop-perçus.

Partager