Langue

La manifestation syndicale et politique d’opposition la réforme des retraites programmée par le gouvernement a attiré le nombre conséquent de 10.000 personnes, ce jeudi matin à Perpignan. Cette grande victoire pour les nombreuses organisations invitantes, dont la CGT et la CFDT, a été également nourrie par le syndicat Force Ouvrière, bel et bien présent en Pays Catalan, bien qu’absent lors de la manifestation parisienne du même jour, en raison d’un mort d’ordre de son secrétaire général Jean-Claude Mailly. Sans surprise ni incident, l’essentiel de la mobilisation s’est ébranlé depuis le Castillet, et non pas de la Place de Catalogne comme à l’accoutumée, avant d’effectuer une boucle autour du centre-ville, ponctuée par la réception d’une délégation à la préfecture. Le cortège, qui a rassemblé une majorité d’employés de la fonction publique nationale et territoriale, a dénoncé les problématiques de l’emploi, des salaires et des retraites. Dans ce sens, cette semaine, le responsable de la CFDT pour les Pyrénées-Orientales, Gérard Gironell, jugeait que le revenu des retraités a baissé de 21 % depuis 1993. Ce jeudi en fin d’après-midi, le ministre du Travail et des Relations sociales, Éric Woerth, a jugé les taux généraux de grévistes «nettement inférieurs à ceux de 2003».

Partager