Langue

Ce mercredi, lors d’un bilan de l’année 2010 présenté à l’issue du Conseil des ministres espagnol, le président socialiste José Luis Rodríguez Zapatero a défendu la pertinence du terme «nation», envisagé dans l’introduction du Statut territorial de la Catalogne du Sud. Cette déclaration survient alors que la sentence du Tribunal Constitutionnel espagnol concernant l’approbation par Madrid du texte qui doit servir de «constitution» à la Catalogne autonome, est imminente. M. Zapatero, qui appelle de ses voeux une décision « rigoureuse, que tout le monde puisse assumer », a précisé avoir lui-même voté pour l’adoption du Statut lorsque celui-ci a été présenté à la Chambre des Députés de Madrid, et a rappelé que la Constitution espagnole prévoit de nommer «nationalités» les 17 communautés autonomes du territoire espagnol. Le statut sud-catalan, approuvé par référendum en 2006, se heurte jusqu’à présent au refus du très droitier Partido Popular, par la voix de son président, Mariano Rajoy. Au plan économique, le président espagnol a tenu à promettre une sortie de crise dès la fin 2010, manifestée par un retour de la confiance et par la création d’emploi.

Partager

Icona de pantalla completa