Langue

Le site de révélations de documents secrets WikiLeaks, qui sème la panique dans les grandes démocraties occidentales, a révélé cette semaine un document brûlant qui concerne la Catalogne. D’après cet écrit, publié sous forme de « câble », découvert vendredi à Barcelone, la Catalogne est une base d’action habituelle de la mafia russe. Cette affirmation est présente dans un rapport effectué pas deux procureurs barcelonais, Gerardo Cavero, spécialisé dans l’identification des trafics de stupéfiants, et Fernando Bermelo, responsable des services anti-corruption de la capitale catalane. Ce document, une fois rédigé, a été adressé à l’ambassade des Etats-Unis en Espagne, en octobre 2009. Les meilleures feuilles, reproduites dans les pages du journal britannique The Guardian, désignent la Catalogne comme un grand centre de blanchiment de la mafia russe. L’auteur, employé de l’ambassade, souligne « M. Bermejo a déclaré qu’il existe en Catalogne une activité de blanchiment d’argent et de « très très » nombreux membres de la mafia russe ». Le magistrat souligne que certains dirigeants de premier plan de la mafia russe ont préalablement détecté une possibilité de faire prospérer leurs affaires, lors de banales vacances sur la Costa Brava, en constatant un système légal laxiste. L’auteur du rapport a rencontré ses deux informateurs le 29 Septembre 2009 à Barcelone, six mois après la publication d’un autre document, signé par le Département d’État américain, affirmant que l’Espagne est un « point d’entrée important pour les drogues illicites ». Ce même écrit ordonne à l’Espagne de défendre l’indépendance de son système judiciaire et d’éradiquer les investissements immobiliers issu du trafic de drogue. L’entrevue de Barcelone aurait également été mise à profit par MM. Bermejo et Cavero pour solliciter un entretien avec le FBI et le Département de la Justice américaine, au sujet de ce blanchiment russe.

Partager

Icona de pantalla completa