Langue

La formation politique espagnole Vox, fondée en 2013, proposera sa ligne nationaliste espagnole et catholique aux élections eurpéennes. Cette incarnation assumée de l’extrême droite est présidée par Santiago Abascal, 42 ans, député du Partido Popular de 2004 à 2009. Après sa percée électorale au Parlement d’Andalousie, où il a placé 12 députés en décembre 2018, ce parti annonçait cinq propositions, dont l’expulsion de 52.000 immigrés, et la restitution à l’Etat central des compétences en Education, Santé, Justice et forces de l’ordre. Centraliste et espagnoliste, ce parti jacobin à la française souhaite adoucir les lois contre le machisme et l’homophobie, tout comme celle qui concerne la mémoire historique. Il s’oppose à la critique sur le régime totalitaire dirigé par le général Francisco Franco, de 1939 à1975. Pour l’uniformisation, Vox souhaite un enseignement scolaire tout en espagnol, tout en revendiquant la tauromachie et la Reconquête espagnole contre les Sarrasins, achevée en 1492 à Grenade. Ses «100 mesures» pour «revitaliser l’Espagne» comportent la suppression de tout enseignement de l’islam et des 17 parlements territoriaux espagnols, dont le Parlement catalan, à Barcelone.

La Catalogne fait croître le nationalisme espagnol

Dans l’Europe des populismes, la droite radicale représentée par Vox doit beaucoup à la Catalogne. Car le référendum sur l’indépendance réprimé par Madrid, le 1er octobre 2017, a affirmé le nationalisme espagnol. Depuis, la croissance de Vox a contraint les deux autres formations de droite espagnoles, Ciudadanos (Cs) et le Partido Popular (PP), à nouer une alliance en Andalousie, pour y ravir le pouvoir au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE). Vox, mené par un leader né six mois après la mort du dictateur Franco. Il exprime une certaine Espagne pré-démocratique, antérieure à la Constitution de 1978. Epiphénomène, ou parti d’avenir, Vox s’annonce comme une force politique à considérer, particulièrement les Communautés autonomes de Madrid et València, où il pourrait afficher des résultats proches de ses performances andalouses. Selon un sondage publié le 13 février par le journal Eldiario.es, le PP, Cs et Vox peuvent espérer la majorité absolue, à 51,2%, lors des élections « générales » espagnoles, qui se dérouleront le 28 mai.

Partager