Langue

Après un première polémique sur le sujet de l’immigration, la ville de Vic, dans la partie intérieure de la province de Barcelone, souhaite de nouveau soumettre au débat un projet de signalement des immigrés clandestins. En novembre et décembre 2009, une controverse est apparue lorsqu’a été divulgué dans toute la Catalogne et dans toute l’Espagne la volonté de la Mairie de Vic de ne pas recenser les immigrés concernés. Au mois de janvier, cependant, les avocats de l’État espagnol ont fortement réprouvé ce projet, et le conseil municipal a voté majoritairement pour un dispositif ordinaire. Or, ce vendredi, le même conseil municipal a décidé de dénoncer à la Délégation du gouvernement territoriale, équivalent de la préfecture, les personnes en situation irrégulière. Vic ravive la polémique, en s’appuyant sur une réglementation en vigueur à partir du mois de décembre, qui pourrait imposer, selon l’affirmation, jeudi, du commissaire européen de l’Intérieur, Cecilia Malmström, que les Etats de l’Union fournissent des papiers d’identité nationaux aux clandestins, ou les expulsent. À Vic, cette information est considérée comme bienveillante à l’égard de la mesure désapprouvée, validée à l’origine par les partis politiques Convergence et Union (CiU), Parti des Socialistes de Catalogne et Gauche Républicaine de Catalogne.

Partager