Langue

Alors que les regards sont portés sur les élections sénatoriales, prévues le 25 septembre, la prochaine échéance électorale générale en Pays Catalan suscite des convoitises. Celle-ci, constituée par les élections législatives, comporterait un premier candidat de taille, en la personne de Jean Castex. Selon une révélation du Journal du dimanche en date de ce 17 juillet, le maire de Prades, président de la Communauté de Communes du Conflent et conseiller régional du Languedoc-Roussillon postulera à ce rendez-vous, prévu les 10 et 17 juin 2012. Titulaire d’une ascension inhabituelle pour les Pyrénées-Orientales, Jean Castex a échoué dans la conquête de l’appareil UMP du territoire, en mai 2010, mais a été désigné Secrétaire Général adjoint de l’Elysée, en février dernier. Il fait d’ailleurs partie d’une liste de quatre conseillers de Nicolas Sarkozy, candidats à cette élection, dans un souhait d’ancrage supplémentaire.

Jean Castex, que l’on dit extrêmement coopérant dans sa fonction nationale, devrait à cette occasion défendre, probablement dans la circonscription III, la vision d’une UMP dernièrement endurcie en matière de droitisation. L’étrangeté de sa possible candidature réside dans la situation actuelle, car la circonscription visée, qui comporte la ville de Prades comme ville de référence, est détenue par François Calvet, député solidement ancré, par ailleurs candidat aux élections sénatoriales. Ce dernier, également président de l’UMP des Pyrénées-Orientales, serait amené, en tandem avec M. Castex, à asseoir en Pays Catalan une nouvelle base pour le parti, en vertu de l’ascension prise ces derniers mois par le Parti Radical, lui-même en instance de divorce du parti de la majorité présidentielle.

Partager