Langue

Deux mois à peine après sa confortable élection du 13 septembre, à 47,5%, consécutivement à neuf mois de confusion générale dans sa ville, le maire de Saint-Cyprien, Thierry Del Poso, du Nouveau Centre, fermement indépendant de l’UMP, affronte des turbulences. Cinq conseillers municipaux, dont trois adjoints parmi lesquels le responsable des finances, Jean Jouandet, sur les 25 que compte son propre groupe, expriment actuellement une force réserve envers une certaine opacité politique de la part d’un maire a été élu sur des valeurs de transparence, en rupture avec le mode de fonctionnement de l’ancien maire Jacques Bouille. Dès son élection, M. Del Poso a fait majorer de 40% ses indemnités de maire, portant son salaire à 3200 euros mensuels, tout en provoquant l’abstention de cinq membres de son propre groupe. L’avocat perpignanais a également choisi d’ajouter un neuvième poste d’adjoint à sa ville, en atteignant de la sorte le maximum autorisé. Son opposante socialiste Marie-Pierre Sadourny-Gomez, qui tire un bilan « catastrophique pour la majorité municipale » du dernier conseil municipal, tenu vendredi 13 novembre, considère que Saint-Cyprien a déjà perdu ses « élus délégués aux Finances, aux Affaires Culturelles, au Patrimoine, à l’Education et à la Jeunesse ».

Partager

Icona de pantalla completa