Langue

Les élections municipales accidentelles du Barcarès, qui constituent le micro-évènement électoral de l’été en Pays Catalan, sont l’occasion, pour 81 habitants parmi les quelque 4700 votants que compte la commune littorale, de se présenter à l’agrément démocratique. La préfecture des Pyrénées-Orientales, à Perpignan, avait enregistré trois listes, ce vendredi soir à 18h, comme le laissaient entendre les informations des derniers jours. Le principal opposant à la majorité sortante, dirigée par Joëlle Ferrand depuis 1999, est Jean-Louis Disaro, animateur d’un blog actif, “Le citoyen barcarésien”. Classée à gauche, cette candidature, avec une liste associée, qui reprend le même nom, repose sur la mise en avant des valeurs de vertu et de transparence, à l’issue de plusieurs années de dissécation de la politique municipale, par Internet interposé. Une autre liste, intitulée “Vers un nouveau départ”, est menée par Véronique Pastoureau, qui se revendique et droite et a été, lors des dernières cantonales, suppléante d’Alain Ferrand, maire de la commune de 1995 à 1999. Ce dernier, qui tentera de succéder à son épouse, Joëlle Ferrand, est à la tête d’une offre nommée “Continuons ensemble”, sur laquelle figure la fille du couple, Mathilde Ferrand, dans une stratégie éminemment familiale.

L’élection à venir, prévue le 28 août et éventuellement le 4 septembre, n’est pas anodine, car les étiquettes politiques n’y ont pas leur place. Malgré une coloration UMP dont peuvent prétendre disposer les listes Ferrand et Pastoureau, malgré l’aspect “citoyen” de la liste Disaro, ce scrutin se fonde sur l’habileté des programmes et les appels du pied aux électorats, dans une commune où la gauche, minoritaire, est dépassée par le Front National, qui a attiré 29% des voix lors des élections régionales de 2010. Par ailleurs, en 2008, les élections municipales régulières avaient produit un résultat, dès le premier tour, de 62,86% pour Joëlle Ferrand, alors présentée par l’UMP.

Partager